L’une des principales raisons pour lesquelles nous protégeons les enfants des abus sexuels à Defend Innocence, est de les préparer à prospérer dans l’avenir. Malheureusement, les abus sexuels subis dans l’enfance peuvent avoir un impact tout au long de la vie d’une personne. Par exemple, l’étude ACE montre que certaines expériences vécues pendant l’enfance (y compris les abus sexuels) augmentent le risque d’alcoolisme, de dépression et de mauvais résultats scolaires. Quelques informations sur l’impact des abus sur le cerveau peuvent vous aider à comprendre comment les abus peuvent entraîner divers résultats négatifs et pourquoi il est important d’apporter aux enfants l’aide qu’ils méritent.

Le cerveau en deux parties

Notre cerveau est composé de nombreuses parties indépendantes qui doivent travailler ensemble pour nous aider à traiter notre environnement et à avoir des réactions saines et productives. Deux des parties les plus importantes du cerveau sont le système limbique et le cortex préfrontal. Le système limbique est la partie de survie de notre cerveau. Il nous pousse à la sécurité en évitant la douleur et en recherchant le plaisir. Ces pulsions sont puissantes et se manifestent surtout à un niveau subconscient. Par opposition au système limbique, le cortex préfrontal est la partie rationnelle et consciente de notre cerveau, où se produisent le raisonnement logique, la pensée abstraite et la régulation du comportement.

Le développement du cerveau pendant l’enfance

Dès la petite enfance, le cerveau est dans une phase d’apprentissage intense au fur et à mesure que nous faisons l’expérience du monde qui nous entoure, et notre cerveau continue à se développer pendant de nombreuses années. Si un traumatisme lié à un abus sexuel survient pendant l’enfance et l’adolescence, le développement du cerveau peut être entravé. Plus précisément, le traumatisme peut amener le système limbique à se mettre en mode de survie perpétuel et à considérer le monde comme un endroit dangereux, même lorsque les menaces de danger s’estompent. Le système limbique instinctif l’emportera sur le cortex préfrontal rationnel et fera que l’enfant se sentira constamment en danger, qu’il y ait quelque chose à craindre ou non. Dans son livre Le corps n’oublie rien, le Dr Bessel Van der Kolk explique que « le traumatisme produit des changements physiologiques réels, y compris une recalibration du système d’alarme du cerveau ». Ces sentiments de danger et d’alarme peuvent entraîner de nombreux résultats négatifs pour l’enfant.

Ce que vous pouvez faire

Tout d’abord, efforcez-vous de protéger votre enfant contre les abus sexuels afin que son cerveau puisse se développer de manière saine. Ensuite, si un abus sexuel a eu lieu, veillez à ce que votre enfant reçoive le soutien dont il a besoin. Il y a des choses spécifiques que vous pouvez faire pour l’aider. Il y a des choses spécifiques que vous pouvez faire pour aider. Souvent, l’enfant aura besoin de travailler avec un thérapeute pour se remettre de ce qui s’est passé. Malheureusement, les enfants ne se remettent pas d’un abus sexuel tout seuls. Ils auront besoin d’aide pour traiter ce qui s’est passé et pour développer des comportements sains face à leurs expériences et à leur environnement. Même si l’enfant semble aller bien, vous devez demander l’aide d’un professionnel.

Vous jouez un rôle essentiel pour protéger votre enfant contre les abus sexuels et l’aider à se rétablir si quelque chose s’est produit. Nous savons que cette responsabilité peut sembler écrasante, mais concentrez-vous sur le pouvoir que vous possédez pour donner à votre enfant les moyens de réussir.

LECTURE SUGGÉRÉE:
Le corps n'oublie rien par Bessel Van Der Kolk, M.D.
Avertissement: En tant qu’affilié Amazon, The Younique Foundation reçoit une petite commission si vous achetez à partir de ces liens qui aident à soutenir notre cause sans frais supplémentaires pour vous.

Partager cette publication

Devenez un défenseur. Faites un don aujourd'hui.