Vous avez peut-être remarqué quelques-uns des signes physiques ou comportementaux révélateurs d’un abus sexuel chez votre enfant ou un enfant dont vous êtes proche. Que faire maintenant ?

La plupart des gouvernements ont des lois claires sur ce que vous devez faire si vous soupçonnez l’abus d’un enfant. Renseignez-vous sur la législation locale afin de connaître les mesures à prendre et l’ordre dans lequel elles doivent être prises.

Mais, plus immédiatement, comment devez-vous réagir et que devez-vous dire à votre enfant ? Voici huit choses qui peuvent vous aider à réagir à la situation après avoir reconnu les signes.

01

Faites preuve de délicatesse

L'enfant peut avoir honte, se sentir gêné ou même avoir peur lorsqu'il s'agit de parler de la situation. Assurez-vous d'être sensible à ce que ressent l'enfant lorsque vous lui parlez.
02

Répondez, ne réagissez pas

En plus des émotions de l'enfant, vous devez vous assurer d'être conscient des vôtres. La colère contre l'agresseur peut être interprétée par l'enfant comme une colère contre lui. Il est important de maîtriser vos émotions et de répondre de manière contrôlée et aimable. Cela aidera à établir ou à maintenir la confiance avec l'enfant.
03

Écoutez

Vous voulez peut-être connaître tous les détails de la situation, mais n'interrogez pas l'enfant. Prenez le temps de l'écouter activement. Laissez-le vous dire ce qu'il veut, comment il veut, et dans l'ordre qu'il veut. Vous aurez tout le temps d'apprendre les détails plus tard.
04

Faites-lui savoir qu’il est en sécurité

Quatre-vingt-dix pour cent des abuseurs sexuels sont des personnes que l'enfant connaît, et il peut s'agir de quelqu'un en qui il avait confiance. Faites tout votre possible pour faire comprendre à l'enfant qu'il est en sécurité avec vous et qu'il peut s'ouvrir à vous.
05

Valider ses sentiments

Ce qu'il ressent est tout à fait valable, même s'il ressent un certain engourdissement. Faites-lui comprendre que ses sentiments sont importants et n'écartez pas les sentiments de honte qu'il peut éprouver. Ignorer ses sentiments peut faire plus de mal que de bien à long terme.
06

Ne forcez pas les choses

Un enfant n'est peut-être pas prêt à parler. Il n'est peut-être pas prêt à vous montrer où il a mal. Ne le forcez pas. Parfois, la meilleure aide consiste à lui faire savoir que vous êtes au courant et que vous êtes là quand il sera prêt.
07

Ce n’est pas de sa faute.

Cela peut vous sembler évident, mais pas pour lui. Il est fréquent que les enfants se rendent responsables d'une partie ou de la totalité de l'abus. Rassurez votre enfant en lui disant que ce n'est pas sa faute et qu'il n'est pas responsables des actes de son agresseur.
08

Demander de l’aide professionnelle

Les abus sexuels peuvent affecter toute la famille et la dynamique familiale. Un thérapeute peut non seulement faciliter les étapes nécessaires au rétablissement de l'enfant, mais aussi aider la famille à se rétablir.

Vous pouvez vous sentir dépassé par votre responsabilité dans cette situation, mais reconnaissez que vous aidez votre enfant, faites de votre mieux et obtenez l’aide nécessaire. Vous êtes son parent, son tuteur ou un adulte de confiance. Ce que vous faites peut faire, et fera, une énorme différence pour l’aider à reprendre espoir et à gérer sa guérison.

Partager cette publication

Devenez un défenseur. Faites un don aujourd'hui.