De nombreux enfants qui subissent des abus sexuels ne révèlent jamais ce qui leur est arrivé. Si les enfants sont jeunes ou abusés par un membre de la famille, les chances de dire ce qui s’est passé à quelqu’un diminuent encore plus.1Une étude a montré que deux adultes sur trois ayant subi des abus sexuels dans leur enfance n’en ont jamais parlé à personne.2 Lorsque les enfants révèlent ce qui s’est passé, il s’écoule souvent des mois, voire des années, entre le moment où l’abus a été commis et celui où ils en parlent. Mais la révélation est une étape importante dans le processus de guérison, et si des abus sexuels ont eu lieu, nous avons un certain contrôle sur le fait que les enfants dans notre vie nous en parlent ou non. Voici ce que vous devez savoir :

Donnez à vos enfants une chance de parler.

Les chercheurs ont découvert que le fait d’avoir une relation positive avec leurs parents est l’un des principaux facteurs qui peuvent amener les enfants à révéler des abus sexuels.1 Nous devons donner des occasions à nos enfants de discuter de ce qui se passe dans leur vie. Les enfants peuvent être réticents et avoir peur d’évoquer un sujet comme les abus, mais ils seront plus enclins à parler de ce qui se passe si on leur donne la possibilité de parler.1 Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les enfants entament une conversation difficile au sujet de quelque chose comme les abus sexuels, mais nous pouvons leur donner l’occasion d’avoir des conversations ouvertes et honnêtes avec nous.

Votre réaction fait une différence.

Malheureusement, la révélation n’est pas une garantie que les choses vont s’améliorer pour l’enfant. Un des facteurs déterminants sera votre réaction. Les psychologues ont constaté que lorsque les proches réagissent négativement à un abus sexuel, les victimes développent souvent des comportements négatifs tels que se sentir responsable et se rabaisser3Les enfants qui ne sont pas crus lorsqu’ils parlent d’abus sexuels risquent de revenir sur leurs paroles et peuvent finir par être plus traumatisés que s’ils n’avaient pas révélé du tout ce qui s’est passé.4

La révélation peut aider à la rémission.

La bonne nouvelle, c’est que les enfants qui parlent d’abus sexuels ont le potentiel de guérir et de se rétablir. De nombreuses études montrent que les enfants qui révèlent les abus ont une meilleure santé émotionnelle que ceux qui ne le font pas. Cela s’explique en grande partie par le fait qu’une fois que les enfants s’ouvrent, ils n’ont pas à consacrer leur énergie à nier ce qui se passe et à refouler leurs souvenirs.4 Ils peuvent au contraire concentrer leur attention sur la guérison et la rémission. Mais pour guérir et se rétablir, ils ont besoin de votre aide et de votre soutien.

Si un enfant vous révèle qu’il a été abusé, vous ressentirez probablement de fortes émotions : colère, confusion, tristesse, scepticisme. Mais concentrez votre attention sur l’enfant. Restez calme, ouvert, compréhensif et solidaire pour que la guérison puisse commencer. Un enfant que vous aimez a peut-être été abusé, mais vous pouvez veiller à ce qu’il reçoive l’aide dont il a besoin.

Pour obtenir des conseils supplémentaires, veuillez lire notre précédent billet de blog sur la manière de signaler un abus sexuel.

Références:
2. London, K., Bruck, M., Ceci, S. J., & Shuman, D. W. (2005). Disclosure of Child Sexual Abuse: What Does the Research Tell Us About the Ways That Children Tell? Psychology, Public Policy, and Law, 11(1), 194–226.
3. Ullman, S. E. (2002). Social Reactions to Child Sexual Abuse Disclosures: A Critical Review. Journal of Child Sexual Abuse, 12(1), 89–121.
4. Gries, L. T., Goh, D. S., Andrews, M. B., Gilbert, J., Praver, F., & Stelzer, D. N. (2000). Positive Reaction to Disclosure and Recovery from Child Sexual Abuse. Journal of Child Sexual Abuse, 9(1), 29–51.

Partager cette publication

Devenez un défenseur. Faites un don aujourd'hui.