Les survivants d’abus sexuels subis dans l’enfance partagent souvent leur histoire avec nous à Defend Innocence. Une tendance déconcertante dans beaucoup de ces histoires est le moment où le survivant brise son silence pour la première fois. Enfant, ils ont eu le courage de dire à un parent, un proche ou un adulte de confiance qu’ils étaient victimes d’abus sexuels.

Et cette personne ne les a pas aidés.

Bien que les raisons et les circonstances diffèrent, chacun de ces adultes ont une chose en commun : ils ont fermés les yeux. Ils ont laissé les abus se poursuivre parce qu’ils n’y croyaient pas, ou ne voulaient pas ” détruire ” la famille, ou tout simplement parce qu’ils ne savaient pas quoi faire.

À Defend Innocence, nous savons que faire comme si de rien n’était ne vaut pas les conséquences. Le fardeau que doivent porter les survivants – un fardeau qui n’aurait jamais dû leur être imposé – est bien trop lourd.

Nous vous implorons d’AIDER votre enfant s’il vient vous dire qu’il a été abusé sexuellement. Ne négligez pas ce qu’il vous dit. Ne négligez pas ses sentiments. Écoutez. Écoutez vraiment.

Briser le silence peut être une expérience très effrayante et émotionnelle pour un enfant, et vous pouvez avoir l’impression de ne pas avoir la force de faire le nécessaire. Ce n’est pas grave. Aidez l’enfant à trouver quelqu’un qui peut le faire. Ne lui tournez pas le dos, car vous pourriez être la seule personne à qui l’enfant en parlera. Ne détournez pas le regard.

Comment réagir lorsqu’un enfant vous dit qu’il a été abusé sexuellement

Vous pouvez vous sentir impuissant ou avoir peur, mais essayez de rester concentré sur le bien-être de l’enfant. Réagir de manière appropriée lorsqu’un enfant vous dit qu’il a été abusé sexuellement peut le protéger contre de futurs abus et lui donner la confiance nécessaire pour se rétablir. Cela peut également le rassurer sur le fait qu’il y a des personnes et des endroits dans son monde qui sont encore sains et saufs.

Voici trois façons de réagir efficacement aux abus sexuels sur mineurs.

01

Créer un environnement rassurant

Dès le début, créez un environnement dans lequel l’enfant se sent en sécurité et à l’aise pour parler de ces choses avec vous. L’enfant doit apprendre par expérience qu’il peut avoir des conversations personnelles, et parfois difficiles, avec vous, sans avoir peur ou se sentir jugé.

Partager vos propres expériences peut être une bonne idée. D’autres façons d’avoir une communication ouverte peuvent comprendre :

  • Être honnête et fiable. Maintenir une relation de confiance.
  • Renforcer sa confiance en lui en lui donnant la possibilité de faire des choix et en lui faisant preuve d’un amour inconditionnel. Lui demander son avis sur quelque chose et donner suite à sa suggestion.
  • S’entraîner à écouter. Prêter attention en coupant les distractions et en regardant l’enfant dans les yeux lorsqu’il vous parle.
  • Poser des questions ouvertes et neutres, telles que “Comment tu t’es senti dans cette situation ?”
  • Être patient. Ne pas presser l’enfant lorsqu’il essaie de dire quelque chose. Cela peut être effrayant de s’exprimer. Il faudra peut-être un certain temps avant que toutes les informations et les émotions ne ressortent, et ce n’est pas grave. Laisser l’enfant vous en dire plus quand il sera prêt.
  • L’accepter. Ne pas porter de jugement, et exprimer à nouveau votre amour infini.
02

Croire l'enfant

Les enfants peuvent ressentir beaucoup de peur ou de honte lorsqu’ils s’adressent à un adulte pour l’informer qu’ils ont été victimes d’abus sexuels, alors s’ils décident de vous le dire, croyez-les. Pratiquez de bonnes techniques de communication comme mentionné ci-dessus, et ne réagissez pas de manière négative et impulsive. Au lieu de cela, répondez de manière rationnelle et délibérée.

Voici des exemples de comment répondre plutôt que de réagir :

Réagir :

Charles rentre de l’école et va directement dans sa chambre sans rien dire à personne. Quelques heures plus tard, il révèle à son père que son professeur l’a mis très mal à l’aise plus tôt dans la journée. Le père de Charles se met très en colère, s’exclamant qu’il va appeler le professeur immédiatement et lui dire de ne plus jamais parler à son fils. Le père de Charles ne pose aucune question sur ce qui s’est passé, ou sur la façon dont Charles voudrait qu’il réponde. Charles se sent gêné par la réaction de son père et craint qu’il ne soit lui aussi fautif. Charles décide qu’à l’avenir, il ne dira plus rien lorsqu’il se sentira mal à l’aise parce qu’il veut éviter qu’une telle situation ne se reproduise.

Répondre :

Jane, en pleurs va voir sa mère un après-midi. Elle lui dit que son corps lui fait mal parce qu’oncle Steve lui a fait quelque chose. Il lui a dit de ne rien dire parce que personne ne la croirait de toute façon, mais elle a le sentiment que, sur la base de conversations précédentes, sa mère saura quoi faire. La mère de Jane l’a regarde dans les yeux et lui dit : “Je te crois.” Jane raconte avec hésitation à sa mère ce qui s’est passé. Sa mère a écouté, a tenu Janelle dans ses bras et l’a fait se sentir en sécurité et aimée.

La différence entre ces deux scénarios est qu’en réagissant, le père de Charles n’a pas recueilli d’autres informations et Charles ne s’est pas senti entendu, soutenu ou cru. Il ne parlera probablement plus jamais s’il se retrouve dans la même situation avec qui que ce soit. En revanche, lorsque Jane s’est ouverte à sa mère, elle s’est sentie en sécurité et rassurée qu’elle n’avait rien fait de mal. La probabilité de continuer d’avoir une communication ouverte est beaucoup plus élevée pour Jane.

03

TROUVER DE L'AIDE

Il est difficile de savoir ce qu’il faut faire après la révélation d’un abus sexuel. C’est pourquoi nous recommandons que la prochaine chose à faire est de rechercher de l’aide. Il y a des personnes qui sont bien formées et très expérimentées pour gérer ce genre de situations.

Certaines de ces personnes le sont :

  • Les policiers
  • Les services de protection de l’enfance de votre région
  • Les thérapeutes professionnels
  • Les pédiatres
  • Les conseillers scolaires
  • Les lignes d’assistance téléphonique spécialisées dans les signalements d’abus sexuels sur mineurs

Cela peut être très difficile d’impliquer d’autres personnes lorsque vous apprenez qu’il y a eu des abus. Qu’il s’agisse de conflits familiaux, de changements dans les relations ou de problèmes juridiques et financiers potentiels, tant pour l’agresseur que pour la victime, les retombées potentielles d’un signalement de sévices peuvent sembler trop importantes pour être surmontées. Vous pensez peut-être qu’il n’y a pas de mal à garder ces informations entre vous et l’enfant.

Cependant, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles il est absolument vital d’impliquer quelqu’un d’autre à ce stade. Tout d’abord, vous pouvez être légalement obligé de déposer une plainte. La plupart des gouvernements exigent que les médecins, les écoles, les églises, les structures d’accueil pour enfants et autres signalent tout soupçon d’abus. Ensuite, l’enfant peut avoir besoin de l’aide d’un thérapeute agréé pour le guider dans son rétablissement. Troisièmement, l’agresseur doit être tenu pour responsable afin qu’il ne puisse pas continuer à abuser d’autres enfants.

N’oubliez pas que l’abus n’est pas la faute de l’enfant, et que ce n’est pas votre faute. Mais maintenant que votre enfant vous en a parlé, c’est votre responsabilité de l’AIDER.

Partager cette publication

Devenez un défenseur. Faites un don aujourd'hui.